Bureautique : comment fonctionne une imprimante ?

Contre toute attente, l’humanité ne peut pas encore s’affranchir du papier au troisième millénaire. La digitalisation n’a pas relégué l’imprimante aux oubliettes. Au contraire, cette invention fait toujours l’objet de mise à jour. Actuellement, deux technologies émergent du lot pour coucher un pigment noir ou l’encre couleur sur de la cellulose.

Le fonctionnement d’une imprimante jet d’encre

Descendante du modèle matriciel, l’imprimante jet d’encre utilise de tout petits pistolets pour projeter des points sur le papier. Ce sont des aiguilles métalliques avec une précision microscopique que l’œil humain parvient à peine à distinguer. C’est le principe de base, mais chaque fabricant l’a développé à sa manière. Canon propose de chauffer le pigment avant de le lancer sous forme de bulle à la surface. C’est la raison pour laquelle cette marque vend la cartouche d’encre pour imprimante jet d’encre. Pour sa part, Epson utilise la technologie piézoélectrique. De minuscules éclairs transmettent le produit colorant sur un plan. D’autres fabricants s’appuient sur des cristaux. Dans tous les cas, il y a tout un peloton d’éjecteurs qui projettent des millions de points à chaque fois que le papier avance. L’informatique permet de guider chaque buse. Le programme installé dans l’ordinateur commande au périphérique de tirer une certaine couleur à un endroit précis. Il faut mélanger plusieurs pigments pour arriver à reproduire la nuance souhaitée. Les cartouches intégrées dans une imprimante jet d’encre comprennent 3 bases dites primaires. Ce sont le rouge, le bleu et le jaune. Le noir constitue un autre pilier. Outre cette partie chromatique, l’appareil embarque aussi une motorisation parfaitement synchronisée. C’est un ensemble d’engrenages, de câble, rouleaux et rails thermiques. En aval du système, une roue pointue sert de guide lors de l’impression.

L’ingéniosité de la technologie d’impression laser

Comme son nom l’indique, il y a bien un laser dans la catégorie d’imprimante éponyme. Cela dit, cette lumière amplifiée ne touche jamais le papier. C’est davantage l’électricité statique qui permet de plaquer le pigment sur la cellulose qui devrait être chargée positivement. Le produit qui va s’y coller se présente sous forme de poudre. Il est liquide sur une cartouche d’encre pour imprimante jet d’encre. Le mécanisme se passe en deux temps. Il utilise une sorte de négative. À la manière d’une pellicule de photographie argentique, le laser qui éclaircit les endroits où il y a des lettres ou une image. Cette gravure se trouve sur l’un des rouleaux tournoyant à l’intérieur de la machine. Le pigment est par la suite chargé sur le toner qui le transmet au papier. Ce dernier est préchauffé à 200 °C. Ce procédé est répété 3 fois sur une imprimante couleur laser. En effet, chaque base primaire est traitée individuellement, l’une après l’autre. Cela dit, la vitesse de tirage reste nettement plus rapide qu’avec un appareil à jet classique. Cette technologie est plus précise, mais requiert un entretien régulier. La poudre complique légèrement le nettoyage du système. Il faut veiller à ce que le toner demeure en parfait état pour continuer d’obtenir satisfaction du périphérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *